02. PVT & JP

S’expatrier ? Mais où ? Et comment ? 

Le deal : partir là où Marc trouvera du travail. 

C’est partie pour les recherches d’offre d’emploi. Marc recherche sans trop mettre de barrière en ce qui concerne les pays, du moment que les gens parlent l’anglais (je vous entends déjà rigoler, à Montréal, l’anglais est peu parlé. Certes, mais au Canada certaines provinces parle anglais). 

Plusieurs entretiens s’offrent à lui. Courant Juin, Marc reçoit une offre d’emploi qui commence à se concrétiser. L’interlocuteur avec qui Marc échange nous suggère de nous inscrire dans les bassins de sélection pour obtenir un Permis Vacances Travail (PVT). Et cela, dans le but de plus ou moins contourné leur implication dans la demande d’un permis de travail fermé et d’avoir un permis de travail ouvert. Mais aussi, parce que c’était plus simple pour l’entreprise. Son argument : 7 900 places supplémentaires viennent d’être ajouté aux quotas français. Ce quota passe donc à 15 000 places. Ce qui nous laisse encore plus de chance d’être tirés au sort 

Parce que oui, nous y voilà. L’expatriation en Australie et en Nouvelle-Zélande, par exemple requiert seulement de payer le PVT. Or, au Canada cela ce fait par plusieurs étapes dont un tirage au sort pour pouvoir profiter d’un PVT (trop de demandes pour ce pays). 

Voici donc comment faire une demande de PVT/ JP en plusieurs étapes : 

1. Être admissible : en répondant à quelques questions pour vérifier mon admissibilité au programme PVT ( âge limite 35 ans) et celle de Marc au programme JP (pour toute personne de 18 à 35 ans ayant trouvé du travail chez un seul et unique employeur, et cela pendant la durée du séjour au Canada) 

2. Créer un profil EIC (Expérience international Canada) : cela m’a permis d’être inscrite dans le bassin de la catégorie PVT et JP pour Marc. 

Date : Chaddia : 30 Mai 2019 / Marc : 15 Juillet 2019

3. Obtenir une invitation à présenter une demande de PVT et JP. Après m’être inscrite au programme EIC, j’ai dû attendre d’être tiré au sort et de recevoir une invitation à faire une demande. C’est cette étape qui, parfois peut-être interminable. La chance a été de mon côté. J’ai reçu mon invitation seulement 11 jours après mon inscription ( alors que certain attende parfois un à deux ans. Ce fameux tirage au sort expliquait ma réticence à vouloir aller au Canada). Mes proches doivent se rappeler la joie que j’ai eue en recevant ce 1er graal de l’invitation. Ensuite, j’ai dû accepter l’invitation (délais de 10jours) me laissant 20 jours pour présenter ma demande de permis de travail en ligne. Pour Marc, cette étape est un peu différente. Il y a plus de place dans la catégorie JP que de candidature. Donc il est presque obligé d’être tiré au sort. Monsieur a donc été tiré au sors le lendemain de son inscription. Well done ! 

Date : Chaddia 10 Juin 2019 / Marc 16 Juillet 2019

4. Présenter une demande : remplir un formulaire en ligne, téléverser plusieurs documents (passeport, CV, photo d’identité avec des normes précises…)

5. Payer les frais de 335 dollars canadiens = 222 euros. 

6. Passer une visite médicale (au regard de ma profession d’infirmière). Cela me laissera la possibilité de travailler dans la santé, auprès des enfants et des personnes âgées. Cette visite se fait auprès d’un médecin agréé. Je suis allée à Paris (une pierre de coup avec les données biométrique). À cette visite, s’ajoute, un prise de sang et une radiographie du thorax ( sans compter les frais de tous les examens passés et non remboursés. C’est le jeu). Marc n’en avait pas besoin. 

Date : Chaddia : 25 juin 2019 / Mac : 17 Juillet 2019

7. Fournir nos données biométriques : procédure qui se fait à Paris au Centre de Réception des demandes de Visa Canadien (CRDV). Temps d’attente : 2h. Temps des empreintes : 2 min.

Date : Chaddia : 25 Juin 2019 / Marc : 23 Juillet 2019 

8. Traitement de la demande : vérification de tous les documents téléversés. Le délai de traitement est de 4 semaines environ (8 semaines maximum) avant de recevoir le 2ème graal qui est : la prochaine étape

9. La lettre de correspondance / lettre d’introduction (LI): Une fois la demande validée, nous recevons la LI. Cette lettre ne garantit pas l’entrée au Canada, ni le permis de travail. Elle permet de se présenter à la douane et de prétendre à un permis de travail. Il est donc obligatoire d’apporter cette lettre et de la présenter à un agent des services frontalier à l’aéroport. Ensuite, toute personne a 1 an pour se présenter sur le territoire Canadien sinon toute demande sera perdue. 1 PVT pour 1 vie.

En attendant la LI de Marc nous décidons de prendre nos billets d’avions. Nous avons choisi la compagnie Air Transat. Cette compagnie propose un 2ème bagage en soute offert grâce a une offre sur le site pvtiste. Nous avons économiser 160euros pour deux. Au total, nous en avons eu pour 857 euros, deux billets ALLER, avec 4 valises en soute, 2 valises cabine et 2 petits sacs à dos. 

La lettre d’introduction de Marc est arrivée quelques jours plus tard. 

Date : Chaddia 9 Juilliet 2019 / Marc 31 Juilliet 2019

J’aurais donc obtenu ma LI en un mois et neuf jours. Moi qui pensais que c’était impossible, et que je n’avais jamais de chance. Comme quoi ! Et Marc, en deux 2 semaines.

Je tiens à préciser que Marc ne s’est pas inscrit pour un PVT parce qu’au moment où j’ai pu faire ma demande, Marc n’avait toujours pas reçu son passeport. Son passeport reçu, son employeur avait donné son feu vert pour un JP et non un PVT. 

Dans le cas où je n’aurais pas été tiré au sort, j’aurais pu profiter du permis de travail fermé de Marc en justifiant 1 an de vie commune auprès des services de l’immigration ( justificatifs à donner à la douane, sans vraiment faire de dossier au préalable de mon côté. Voilà ce que nous avions compris à l’époque). Grâce à la validation de ma demande pour prétendre à un PVT, nous sommes partie plus serein d’avoir tous les deux notre propre dossier. 

Et ensuite…

Maintenant que les billets sont pris, le dernier graal : obtenir nos permis. Mais pour cela, voici la liste des documents à avoir IMPÉRATIVEMENT pour le passage à la douane :  

  • Le passeport
  • La LI
  • Souscrire à une assurance de 2ans. Nous avons choisi Globe PVT, la plus connue. À savoir que la durée du PVT est basée sur la durée de l’assurance. Une assurance de 1 an entraîne donc un PVT de 1 an. Tellement de personnes se sont fait refouler pour un PVT de 2 ans à cause de ça. 
  • Une attestation de fond prouvant que nous possédions chacun un minimum de 2500 dollars canadien + l’équivalent du prix d’un billet retour. 
  •  L’attestation de la visite médicale (pour ma part). 

Voilà. Est ce que ça donne envie à des personnes de se lancer une demande de permis de PVT ou de JP ? 

Des questions ? 

Bisous de deux sarthois à Montréal!

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *