17. 2 PARCS NATIONAUX AU QUÉBEC

Pour fêter le printemps et le début de l’été, nous avons eu la chance de découvrir deux parcs nationaux dans la Province du Québec. Ces deux parcs figuraient dans notre fameuse liste des “endroits à explorer” à l’est du Canada” (oui, avouez le, on l’a tous cette petite liste lorsqu’on voyage ou s’expatrie). Et ça nous a fait un bien fou de se reconnecter avec la nature, notamment après le confinement. Nous vous proposons donc de vous les faire découvrir avec quelques informations pratiques, des photos et une petite vidéo en fin d’article.

LE PARC NATIONAL DU MONT ORFORD 

Localisation

Ce parc national se situe à 1h30 à l’est de Montréal et au sud de la ville de Québec. 

Climat

Nous y sommes allée au printemps, lors du le 1er week-end de juin et au moment du retour des beaux jours. Nous avons eu des températures entre 20-22 degrés et c’était juste idéale pour faire une randonnée pédestre, ni trop chaud, ni trop froid. Et contrairement à l’automne, haut en couleur, le printemps ici est si “vert”. C’est tellement apaisant et parfait pour reprendre une bonne bouffée d’air frais. 

Le parc

Il faut savoir que ce parc appartient à la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) et que celle-ci assure la gestion et la conservation de 24 parcs nationaux, 13 réserves fauniques et 8 établissements touristiques à travers tout le Québec. Et comme le dit si bien leur site officiel, l’objectif est de pouvoir “ accéder à la véritable nature, celle qui vit, qui bouge, qui sent et qui fait un bien fou!”. 

Prix de l’entrée

L’accès quotidien à un parc de la SEPAQ est à 8.90$ (6€) et la carte annuelle est à 80.25$ (52€) et ça peut vraiment valoir le coup. 

Activité

Parmi les multiples activités que ce site propose (randonnée, vélo, pêche, plage, canot, kayak…), nous avons choisi de faire une randonnée pédestre.

LE MONT CHAUVE

Deuxième sommet le plus haut du parc, l’itinéraire de cette randonnée au départ du stationnement de la plage du Lac Stukely forme une boucle de 10.6 km avec 600 mètres d’altitude, 310 mètres de dénivelé, un niveau de difficulté intermédiaire et une durée totale de 5 heures (dont au moins 1 heure de pause en tout). 

Ce sentier, pour atteindre le sommet est idéal pour reprendre tranquillement du fait de son faible dénivelé. À l’intersection du sentier du flanc ouest et du flanc est, nous avons pris à droite, et il s’avère que cet itinéraire monte de façon plus progressive que l’autre côté de la boucle. 

Puis, avant d’arriver au sommet, nous avons croisé plusieurs belvédères offrant de jolis points de vues. Arrivés au sommet, une plateforme en bois a été aménagée pour mieux admirer la vue : sur le Mont Orford, sur le Pic de l’Ours et vers le lac Stukely. Cette sensation de hauteur est vraiment appréciable. 

Pour le retour, nous avons continué vers le sentier par le flanc ouest pour terminer par rejoindre la plage du Lac Stukely et reprendre la route. 

Clairement caractérisé par un relief montagneux, on retrouve comme flore principale dans ce parc des érables, mais aussi quelques sapins et de la plus petites végétations, comme des fougères (nous ne sommes pas des experts de la flore, mais ça en reste très jolie). 

Pour ce qui est de la faune, nous avons découvert les “tamias” (appelé aussi petits suisses, ou chipmunks). Ce sont des petits rongeurs rayés, appartenant à la même famille que les écureuils. Donc forcément trop mignons (pour nous, expat’ en amour pour les écureuils). Nous avons aussi entendu les chants d’oiseaux et croiser quelques espèces, mais pas de castors, de loutre ou encore moins de cerfs connus pour arpenter les environs. Une prochaine fois.


LE PARC NATIONAL DE LA MAURICIE 

Localisation

Situé à 2h30 au Sud de Montréal et à l’Ouest de la ville du Québec. Pour accéder à ce parc, nous sommes passés dans la ville de Trois-Rivière qui longe la rive nord du St Laurent et qui ressemble à une aire de plaisance. 

Climat

Cette fois-ci en été, nous y sommes allée le 1er week-end de Juillet. Le samedi, nous avions des températures de 25-27 degrés mais à l’ombre de la végétation, c’était plutôt correcte (d’autant plus qu’il faisait plus chaud à Montréal). Et le dimanche, nous avons eu une journée un peu plus couverte, avec quelques gouttes de pluie et des températures plus basses. 

Logement et “Observatoire de l’ours noir”

Pour 116$ (75,55€) pour deux, nous avons choisi de louer une chambre  “Aux Berges du saint Maurice” qui propose d’observer des ours noirs en pleine nature. Nous voilà donc partie, samedi soir, au coucher du soleil vers la vallée des ours ou nous étions dans une cache conçue pour nous protéger des ours et des moustiques. 

Et 30-45 minutes plus tard, nous avons eu la chance d’observer maman ours et ses trois bébés ours. Une expérience assez impressionnante et remarquable. C’est pas tous les jours que nous pouvons voir des ours comme ça en pleine nature. Durant toute la visite, la guide nous a donné des informations sur leur mode de vie etc…et aussi quelques conseils sur la réaction à adopter si nous nous retrouvions face à face avec un ours noir. A savoir que la plupart du tant ces ours ont peur de l’homme, donc, le mot d’ordre est de “FAIRE DU BRUIT!!!!”. Nous avons aussi vu des ratons laveurs, des vautours à tête rouges, des piverts et des tamias. 

Le parc

Contrairement au parc national du Mont Orford géré par le gouvernement du Québec, le parc national de la Mauricie est quant à lui géré par le Canada. Il offre 160 km de sentiers de randonnée pédestre, tous accessibles de “la route promenade” qui traverse la totalité du parc . 

Prix

L’entrée pour un adulte est de 7,90$ (5€) pour la journée

Activité

Tout comme l’autre parc, de nombreuses activités sont proposées. Étant donné que nous souhaitons faire une activité complète le dimanche, nous ne voulions pas faire une  grande randonnées pédestre le samedi. 

LE LAC SOLITAIRE

Au départ de l’entrée Rivière à la pêche, nous avons choisi le sentier le plus court de 5,5 km en 3 heures. Ce sentier commence par une bonne ascension d’environ 1km (il ne faut pas se mentir, d’où le niveau “difficile”). Le 1er point d’arrêt nous offre une vue sur la rivière St-Maurice. Ensuite, nous atteignons le belvédère du Lac Solitaire avec une vue surprenante sur le lac. Nous profitons de nous y tremper les pieds avec le regret de ne pas nous y être baignés, parce que mine de rien, il faisait pas mal chaud. Le reste du sentier est vallonné. Nous avons vraiment aimé faire cette randonnée improvisée et pas vraiment “difficile” , donc pour ceux qui veulent la faire : lancez-vous. 

Ce parc est plus forestier que montagnard. Pour ce qui est de la flore, la végétation y est vraiment massif. Le Canada planifie des “brûlages dirigés” c’est à dire qu’il déclenche des feux de forêt qui “élimine les espèces concurrentes, comme le sapin baumiers, et prépare le terrain pour recevoir les graines […] stimulant ainsi la croissance de la végétation. Ces opération permettent de recréer en toute sécurité un important processus écologique.” (cf photos et vidéo)

LES CHUTES WABER

Combo canoë et randonnée, nous décidons de nous y rendre le dimanche dès l’ouverture à 8 heures (presque seuls au monde). La location d’un canoë est de 55$ (36 euros) au départ de l’aire de pique-nique Wapizagonke. Nous commençons (pas très sereinement) par 1h45 de canoë avec le vent de face. Nous traversons sur le lac Wapizagonke, un ruisseau, un 1er bassin, un 2eme ruisseau avec des barrages à castors nous obligeant à débarquer et à continuer un peu à pied. Puis un 2eme bassin avant d’arriver au début du sentier pour la partie randonnée de 3km.  

Et là, nous nous sommes littéralement fait attaquer par les moustiques. Nous le savions, mais pas à ce point-là. Nous avions seulement une crème anti-moustiques, efficace mais, pas assez. Nous vous conseillons donc après avoir vu d’autres randonneurs d’avoir en plus : des vêtements longs, chasse moustiques en vaporisateur et même une moustiquaire visage. Sachez donc que la pire période des moustiques est de fin juin à début juillet. Voilà voilà, pile au mauvais moment! Bon à savoir pour les autres années. 

Ce qui fait, que nous avons effectué cette randonnée en un temps record de 45 minutes à l’aller (les moustiques c’était juste pas possible). Au tiers du parcours, nous arrivons à un premier belveders nous gratifiant de tous nos efforts. Nous voyons même les autres canoës au loin sur le lac qui ne sont pas au bout de leurs peines!  Arrivée aux chutes par un grand escalier, nous les avons trouvées assez extraordinaire (nous nous attendions pas à ce genre de chute). Il y avait personne, seulement nous et un autre couple. Nous n’y sommes restés que quelques minutes, avant de rentrer rapidement où nous avons en revanche croisé beaucoup de monde sur la route du retour. Donc nous avons mis 4h45 en tout (canoë : 1h45 + 1h15 & randonnée : 45min + 1h). 

Nous étions vraiment contents de retrouver la voiture pour rentrer après cette journée :

Chaddia et Marc : 0 VS Moustiques : + 1000000

Nous vous laissons avec une petite vidéo de notre excursion au Parc National de la Mauricie. Marc à préféré ce dernier parc. Et moi, je l’ai un peu moins aimé de part son aspect « grillé » en été à cause du feu qui a été mis volontairement. Donc une préférence pour le Mont Orford. Et vous ?

Avez-vous fait un de ces parcs?

Est-ce que notre article vous aura donné envie de les découvrir?

N’hésitez pas à nous donner d’autres idées de parc à faire. 

À bientôt de 2 sarthois à Montréal!


You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *